Morte saison – Jack Ketchum

Morte saison – Jack Ketchum

Morte saison

par Jack Ketchum

Résumé du roman “Morte saison” de Jack Ketchum

Pendant la saison, il y a les touristes. Hors saison, il n’y a que les habitants, et des visiteurs comme Caria. Elle s’apprête à passer des vacances studieuses, mais elle doit d’abord nettoyer la maison et accueillir quelques amis. A proximité, une famille de barbares rôde dans les bois, les surveille et attend d’assouvir sa faim contre nature… En quelques heures, des hommes et femmes sophistiqués découvriront que la civilisation n’est qu’à un tout petit pas de la sauvagerie.

Ce qu’en disent les critiques littéraires

Ketchum est devenu une sorte de héros pour nous qui écrivons des récits de terreur et de suspense. Il est tout simplement le meilleur.

Stephen King

En savoir plus sur l’auteur

Vous souhaitez en savoir un peu plus sur Jack Ketchum  ses romans, les lieux qui l’ont inspiré et ceux où il a vécu ?

Lieux cités dans le livre “Morte saison” de Jack Ketchum

  • Dead river, Maine, Etats-Unis
  • Manhattan, Etat de New York, Etats-Unis

Le mot de la rédaction à propos de ce livre

Mon dieu ce livre ! Morte saison est définitivement et sans aucun doute le livre le plus abominable que j’ai pu lire. Vous voulez de l’angoisse et du terrifiant ? Oubliez tout ce que vous avez lu et lisez ce roman ! J’ai rarement peur que ce soit lorsque je regarde un film ou que je lis un livre mais là j’étais terrifiée. Terrifiée parce que tout se déroule dans un contexte banal et quotidien et que ce n’est qu’une histoire d’humains, donc par conséquent possible.

Ce livre est une fucking descente aux enfers, le récit d’une nuit d’horreur. Pire que ça, c’est faire face à la violence à l’état pur, à l’abomination dans ce qu’elle peut présenter de pire. Ce livre nous met face à nos pires cauchemars, tout ce que l’on aurait jamais pu imaginer et qui pourtant pourrait exister. Lorsque j’ai lu ce livre, j’ai eu le sentiment d’avoir un mélange de Sheïtan et de La colline a des yeux, deux films qui m’avaient mise incroyablement mal à l’aise et ce roman a fait encore pire.

Et malgré tout la violence, la cruauté et l’abomination dont il est question dans ce roman on arrive tout de même à y retrouver de la poésie brute qui fait la beauté de la plume de Jack Ketchum.

Je comprends que Morte saison ai fait débat lorsque l’auteur était en train de le corriger pour publication avec son éditeur et je comprends aussi pourquoi il n’est plus publié. C’est un roman bien trop singulier pour qu’un éditeur puisse prendre la responsabilité de le publier. Et pourtant, au-delà de l’innommable, Jack Ketchum arrive tout de même à faire transpirer de ce récit de très beaux thèmes et d’autres moins beaux mais tout aussi profonds et intéressants. Il nous montre comment l’humain est capable d’aller bien au-delà de ses facultés lorsqu’il est acculé. Il nous montre aussi la force de l’esprit de survie, l’héroïsme qui peut naître en chacun d’entre nous et aussi incroyable que cela puisse paraître, ce roman met aussi en lumière la force de l’amour.

 

La plume et mon ressenti

Sa plume est une fois de plus précise, incisive, sombre et intelligente. Il renforce par exemple la déshumanisation des “monstres” en ne leur donnant jamais de nom mais en les désignant toujours par “la femme” ou “l’homme”.

Quand je crois que Jack Ketchum m’a livré ce qu’il pouvait écrire de plus horrible, il me surprend encore et repousse les limites de l’ignominie.

Je me suis demandée si Morte saison pouvait être un coup de coeur parce que certains passages m’ont laissé au bord de la nausée quand d’autres m’ont semblé terriblement malsains, tant que je n’osais presque pas lire les lignes suivantes. Mais ce livre m’a créé des émotions tellement puissantes, comme jamais je crois je n’en ai eu en lisant un livre que je dois reconnaître par conséquent, même s’il m’a mise terriblement mal à l’aise, qu’il s’agissait d’un coup de coeur, pour la vague d’émotions qu’il a fait naître en moi.

Je pourrais parler pendant des heures de ce roman, de sa force, de sa singularité et de son horreur. Je préviendrai juste les possibles futurs lecteurs sur le fait que c’est un livre pour public extrêmement averti. Mais si vous êtes prêts à vous confronter à ce que l’humain a de plus dérangé et à plonger dans les profondeurs de l’horreur, alors lisez ce livre. Parce que je n’ai pas réussi à trouver de quel fait divers est inspiré ce roman mais il est bien inspiré d’une histoire vraie et c’est bien cela le plus terrifiant dans cette histoire.

Une puissance horrifique hors du commun. Du grand Jack Ketchum une fois de plus. Un auteur à part que je ne peux qu’admirer pour sa détermination personnelle et pour la précision et le tranchant de sa plume. Désormais avec ce roman, Jack Ketchum est pour moi le maître incontesté de l’horreur.

NOTA BENE : L’avis de la rédaction est purement personnel et nous ne prétendons en aucun cas que cette critique littéraire soit à prendre comme une vérité absolue. Nous vous invitons donc à laisser votre propre critique dans les commentaires et à noter ce livre afin d’avoir un avis général représentant au mieux la foule des lecteurs.

Votre avis et vos impressions sur ce livre

Parce que ReadTrip se veut avant tout un site communautaire d’échange, nous vous invitons à noter ce livre et à partager vos impressions sur celui-ci.

Vous souhaitez attribuer une note ?

5/5 (1)
Rechercher un autre livre par secteur géographique
Search
Nous n'avons trouvé aucun résultat pour cette localisation
Nous ne comprenons pas la localisation
  • - Make sure all street and city names are spelled correctly.
  • - Make sure your address includes a city and state.
  • - Try entering a zip code.
Chercher

Fils unique – Jack Ketchum

Fils unique – Jack Ketchum

Fils unique

par Jack Ketchum

Résumé du roman “Fils unique” de Jack Ketchum

Il avait passé l’age qu’on lui maintienne la tête sous l’eau dans la baignoire. Il faudrait trouver autre chose. A n’utiliser qu’en des endroits où cela ne laisserait pas de trace. Un fin bâton soigneusement écorcé. Du bouleau. Cela avait toujours conné de bons résultats.

Lydia Danse croit avoir enfin trouvé le bonheur en famille. Mais la façade s’effrite. Arthur Danse reserre son emprise sur elle et sur son fils. Et ce qu’il prend par la force, il s’y accroche pour ne plus le lâcher. Démunie, terrifiée par ce mari violent, Lydia se lance dans une lutte désespérée pour sauver son enfant. Jusqu’à ce que toutes les armes, même la justice, se retournent contre elle…

Ce qu’en disent les critiques littéraires

Jack Ketchum ne triche jamais, n’esquive jamais. Il est, tout simplement, l’un des meillleurs, au même titre que James Ellroy et Thomas Harris.

Stephen King

En savoir plus sur l’auteur

Vous souhaitez en savoir un peu plus sur Jack Ketchum  ses romans, les lieux qui l’ont inspiré et ceux où il a vécu ?

Lieux cités dans le livre “Fils unique” de Jack Ketchum

  • Wolfeboro, New Hampshire, Etats-Unis
  • Ellsworth, New Hampshire, Etats-Unis
  • Boston, Massachusetts, Etats-Unis
  • Cambridge, Massachusetts, Etats-Unis
  • Restaurant Aux caves sur l’interstate 93 à Plymouth, New Hampshire, Etats-Unis
  • Commissariat de Concord, Massachusetts, Etats-Unis
  • 145, east Cedar street, Plymouth, New Hampshire, Etats-Unis

Le mot de la rédaction à propos de ce livre

“Fils unique” fut mon premier livre de Jack Ketchum et je ne suis pas prête de l’oublier ! Ce roman m’a bouleversée, m’a plongée dans une colère noire et m’en a par moment carrément coupé le souffle. La plume de l’auteur est incroyable, brute mais nette, violente mais nécessaire, crue mais sensible aussi.

Jack Ketchum nous entraine dans un récit qui nous plonge au coeur d’un drame domestique et bien plus encore. Il s’est inspiré de faits réels pour écrire cette histoire et comme il le dit, il était en colère après avoir pris connaissance de ce fait. Et c’est gorgé de cette colère qu’il a décidé d’écrire et j’ai eu le sentiment que ce sentiment transparaissait tout au long du roman. Et quel lecteur ne serait pas également en colère en lisant ça ?

Au travers de ce livre, Jack Ketchum nous parle sans détour et de façon parfois crue de pédophilie, d’inceste, de violence conjugale et de toutes formes de violences physiques ou mentales faites sur des enfants. Mais pour moi, il y dénonce avant tout le système judiciaire américain dans tout ce qu’il peut avoir d’absurde et d’incompréhensible à toute morale. 

Il en dépeint également les limites et les erreurs et pose aussi au passage une question sous-jacente sur le port d’armes dans son pays. 

Enfin, cette histoire c’est avant tout je pense, le combat d’une mère pour son fils. Ce roman m’a bouleversée. Un roman fort mais très noir et très dur alors attention aux âmes sensibles, soyez prêts à avoir le coeur serré. 

La plume de l’auteur m’a conquise et le dernier paragraphe qu’il nous livre m’a donné le sentiment de plonger dans un puit sans fond. 

Cette lecture est un très beau coup de coeur que je recommanderais à tous ceux qui ont le coeur assez accroché pour se confronter à une partie de ce que ce monde a de plus révoltant et de plus noir. Une lecture qui ne peut pas vous laisser indifférent ni indemne. 

NOTA BENE : L’avis de la rédaction est purement personnel et nous ne prétendons en aucun cas que cette critique littéraire soit à prendre comme une vérité absolue. Nous vous invitons donc à laisser votre propre critique dans les commentaires et à noter ce livre afin d’avoir un avis général représentant au mieux la foule des lecteurs.

Votre avis et vos impressions sur ce livre

Parce que ReadTrip se veut avant tout un site communautaire d’échange, nous vous invitons à noter ce livre et à partager vos impressions sur celui-ci.

Vous souhaitez attribuer une note ?

5/5 (1)
Rechercher un autre livre par secteur géographique
Search
Nous n'avons trouvé aucun résultat pour cette localisation
Nous ne comprenons pas la localisation
  • - Make sure all street and city names are spelled correctly.
  • - Make sure your address includes a city and state.
  • - Try entering a zip code.
Chercher

Une fille comme les autres – Jack Ketchum

Une fille comme les autres – Jack Ketchum